Commen établir ll'abbé - Espace poétique divin

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Commen établir ll'abbé

Règle de Saint Benoit



64. COMMENT ÉTABLIR L'ABBÉ

FAIRE UN CHOIX QUI PLAISE A DIEU


1 On donne la charge d'abbé à celui que toute la communauté, animée d'un respect confiant envers Dieu, a choisi d'un commun accord. Ou bien on la donne à celui qu'un petit nombre de moines seulement a choisi, mais avec un jugement plus sage.

QUI CHOISIR COMME ABBÉ ?

2 Celui qu'on va établir comme abbé, on le choisira à cause du mérite de sa vie et de la sagesse de son enseignement, même s'il est au dernier rang de la communauté.

3 Voici ce qui peut se passer, mais espérons que cela n'arrivera pas ! Une communauté se conduit très mal, et tous les moines sont d'accord pour choisir un frère qui approuve leurs penchants mauvais.

4 Quand l'évêque du diocèse où ce monastère se trouve, quand les abbés des monastères voisins ou quand les chrétiens des environs apprennent ce grand mal,

5 ils feront échouer le complot des mauvais moines. Et ils établiront à la tête de la maison de Dieu quelqu'un qui en soit digne.

6 Oui, ils le savent : ils recevront une bonne récompense s'ils font cela avec une intention pure et un ardent amour de Dieu. Au contraire, s'ils sont négligents pour le faire, ils commettent un péché.

LES QUALITÉS DE L'ABBÉ

7 Celui qu'on a établi comme abbé pensera toujours à la charge qui pèse sur lui. Il pensera aussi que c'est à Dieu qu'il devra rendre compte de sa gestion (Luc 16, 2). 8 L'abbé sait également qu'il doit être serviteur plutôt que maître.

9 Il faut donc qu'il connaisse très bien la loi de Dieu, pour savoir et pour trouver dans son coeur où puiser les paroles nouvelles et anciennes (voir Matthieu 13, 52). L'abbé doit mener une vie pure, être sobre, bienveillant.

10 Il fait toujours passer la tendresse avant la justice (Jacques 2, 13), pour que Dieu le traite de la même façon (voir Matthieu 5, 7).

11 Il déteste les penchants mauvais, mais il aime les frères.

12 Quand il corrige les autres, il est prudent. Il n'exagère rien, sinon, en grattant trop la rouille, il va trouer le plat.

13 Il n'oublie jamais qu'il est fragile, lui aussi. Il se rappelle qu'il ne faut pas écraser le roseau déjà fendu (Mt12, 20).

14 Mais nous ne voulons pas dire que l'abbé permette aux penchants mauvais de se développer. Non ! Il les détruira, mais avec prudence et amour, selon ce qu'il juge bon pour chaque frère, comme nous l'avons déjà dit.

15 L'abbé cherchera à être aimé par les frères plutôt qu'à être craint.

L'ABBÉ EST UN HOMME DE PAIX

16 Il n'est pas agité, il n'est pas inquiet. Il n'exagère pas les choses, il n'est pas têtu. Il n'est pas jaloux et il sait faire confiance aux frères. Sinon, il ne connaîtra jamais le repos.

L'ABBÉ EST UN HOMME SAGE

17 Quand il commande, il prévoit et il réfléchit. Quand il donne des ordres au sujet des choses de Dieu ou des affaires de ce monde, il décide avec mesure.

18 Il pense à la conduite pleine de prudence de saint Jacob qui disait : « Si je fatigue mes troupeaux en les faisant trop marcher, ils vont tous mourir en un seul jour » (Genèse 33, 13).

19 L'abbé imite cet exemple et d'autres exemples de prudence. En effet, la prudence est la mère des vertus. C'est pourquoi l'abbé commande tout avec mesure. Alors les forts veulent en faire plus, et les faibles ne se découragent pas.

L'ABBÉ EST UN SERVITEUR FIDÈLE


20 Avant tout, l'abbé doit maintenir cette Règle en tous ses points.

21 Alors, s'il a bien fait son service, il entendra le Seigneur lui adresser la parole dite au bon serviteur qui a distribué la nourriture à ses compagnons quand il était à leur tête : « Oui, je vous le dis, le Maître lui confiera tous ses biens » (Mt 24, 47).




 
Retourner au contenu | Retourner au menu